Accueil > L’oulipien de l’année > Il se penche il voudrait attraper sa valise

Il se penche il voudrait attraper sa valise

Il se penche il voudrait attraper sa valise
que convoitait c’est sûr une horde d’escrocs
il se penche et alors à sa grande surprise
il ne trouve aussi sec qu’un sac de vieux fayots

On vous fait devenir une orde marchandise
qui se plaît à flouer de pauvres provinciaux
de la mort on vous greffe une orde bâtardise
la mite a grignoté tissus os et rideaux

Devant la boue urbaine on retrousse sa cotte
le lâche peut arguer de sa mine pâlotte
lorsqu’il voit la gadoue il cherche le purin

On regrette à la fin les agrestes bicoques
on mettait sans façon ses plus infectes loques
l’écu de vair ou d’or ne dure qu’un matin


L’un des Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau, chez Gallimard en juillet 1961.

Ce texte a donné lieu à 130 variations… envoyez-nous la vôtre !