Accueil L’oulipienne de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Tu t’écoutes tu viendrais asséner ta praline

Page précédente Page suivante

Tu t’écoutes tu viendrais asséner ta praline
Quand accourrait là-bas grande ruée de gros
Tu le cherches mais là en la haute colline
Tu laisses comme ça le mec et son magot

Tu te sens envahir la sombre quintessence
Où tu vois loin errer de jeunes perroquets
Oui le don ça se trempe en amère expérience
Le lion va dévorer minus peaux plus roquets

Alors l’instant noirceur tu relèves la tête
La souris veut rêver à la façon simplette
Mais qui vit le béton ne trouve nul bonheur

Tu mènes sur le fil la joliesse ordinaire
Tu coudrais le passé les vieilleries sincères
L’écrin d’argent de miel va brûler en douceur.