Accueil L’oulipienne de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Il se penche il désire attraper sa valise

Page précédente Page suivante

Il se penche, il désire attraper sa valise
Que guigne avec envie un essaim de marauds ;
Il se penche et ainsi, à sa grande surprise,
Il ne reste à ses yeux qu’un sac de vieux flûtiaux.

Et tu vas devenir hideuse marchandise
Qui se plaît à gruger de champêtres ribauds.
Tu crèveras greffé d’abjecte bâtardise,
La mite t’a bâfré tissus, dents et rideaux.

Devant la fange urbaine, tiens ta jupe haute !
Le lâche dit qu’il est malade, c’est sa faute :
Quand la vase apparaît, il cherche le purin.

Il regrette à la fin ses mansardes si glauques,
Il se vêtait plus mal que les reines Pédauques,
Pelisse fauve, écu, ne durent qu’un matin.


Lipogramme en O.