Accueil L’oulipien de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Valise croisée

Page précédente

Il se penche et recherche vers son pied la valise.
Ne peut la voir, celle où pèse de rare écu.
Croit-il, tête abaissée là, trouver sirop, poule, pantoufle, vair ?
Rien que reste acide qui la poisse, sans fidèle or.

Mais le grave mort tremble, nuit, quand les sens durent.
En crédule, tombe à jamais qui coule, fils en trop.
Pleurant, trouve pourtant solitaire foulée grise, doucement traîne, trame peu,
Avoue être sans espoir, ni sans cette lueur du juste.
Sa fin ? - Voir le même être, trouble comme pas un,
Limite saoul. Tout console vue, noire liqueur lance vif matin.

Il ne croit rien mais en pleurant avoue sa limite.
Se peut-il que le crédule trouve être fin saoul ?
Penche la tête, reste grave, tombe pourtant sans voir tout,
Et voir abaissée acide mort à solitaire espoir le console.
Recherche celle-là qui tremble, jamais foulée ni même vue :
Vers où trouver la nuit qui grise sans être noire ?

Son pèse-sirop poisse quand coule doucement cette trouble liqueur.
Pied-de-poule, sans les fils, traîne lueur comme lance.
La rare pantoufle fidèle : sens-en trame, du pas vif.
Valise, écu, vair, or, durent trop peu. Juste un matin.

Portfolio