Accueil L’oulipien de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Raymond la Valoche a fichu le camp

Page précédente Page suivante

Le coche au galop de Havre en Avranche
fait claquer son fouet tel un loup ses crocs ;
il craint par la nuit ces hordes d’escrocs
jaloux de valise ; alors il se penche.
.

Je ne sais plus où, je ne sais plus quand,
Raymond la Valoche a fichu le camp.
.

Tout était douillet dedans la valise ;
mais au lieu d’effets, chandails et maillots,
il retrouve un sac jadis de fayots ;
un cri ! c’est l’orfraie à la lune grise.
.

Je ne sais plus où, je ne sais plus quand,
Raymond la Valoche a fichu le camp.
.

Le voyageur plonge en ses ordes mythes ;
l’ombre du commerce a dressé l’étal
sur quoi lui greffer un fatum létal :
os, tissus, rideaux grignotés des mites.
.

Je ne sais plus où, je ne sais plus quand,
Raymond la Valoche a fichu le camp.
.

Vague diable lâche à mine pâlotte,
« Voyez la gadoue ! » argüe un lutin.
Son cothurne accroche au pied le purin ;
l’elfe debout donc relève sa cotte.
.

Je ne sais plus où, je ne sais plus quand,
Raymond la Valoche a fichu le camp.
.

Dans les bois profonds, l’agreste bicoque
n’était point flouée ; en province encor,
l’écu déparé du vair et de l’or
ornait sans façon chaque infecte loque.
.

Je ne sais plus où, je ne sais plus quand,
Raymond la Valoche a fichu le camp.


D’après Choses du soir de Victor Hugo dans "L’Art d’être grand-père". Ce poème a été mis en musique par Raymond la Valoche en personne, alias Sir Martin Granger.