Accueil L’oulipienne de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Ce soir tempête pluie orage sont de mise

Page précédente Page suivante

ce soir tempête pluie orage sont de mise
le vent bat les haubans des fragiles rafiots
il fracasse un voilier d’une gifle précise
mais, ô mon cœur, entends le chant des matelots

cet appel au lointain qu’une onde n’éternise
on se presse effaré derrière les hublots
alors n’attendons pas une forte surprise
du nerf, oui du nerf, oui, descendons les canots

qu’Hercule serve han, d’où se brisent les coques
de perdre l’équipage en de vieilles époques
ce pendu déréglé d’un unique butin

ce peuple non vengeur rêvant d’une autre flotte
tel dénudé saura dépendre d’une lotte
c’est un requin navré qui s’invite au festin


Anagramme du texte d’Harry Mathews, Oulipien de l’année 2012... avec les rimes de Raymond Queneau, l’Oulipien 2019.