Accueil L’oulipienne de l’année Il se penche il voudrait attraper sa valise
Souvent pour s’amuser les voleurs de valise

Page précédente Page suivante

Souvent, pour s’amuser, les voleurs de valise
lorgnent un voyageur parmi les provinciaux
qui, dolent sur le quai, à sa grande surprise,
trouve au lieu de valise un sac de vieux fayots.

À peine celui-ci saisit la marchandise
que ces rois de l’arnaque, en un mot ces escrocs
laissent la mort enter sa laide paillardise
en lui rongeant les os comme de noirs corbeaux.

Ce voyageur floué qu’il est gauche sans cotte
lui, naguère si beau, que sa mine est pâlotte !
boitant dans la gadoue, il cherche le purin.

Le pauvre homme à la fin se rappelle et regrette
l’agreste bicoque où se rit de la tempête
le présent exilé, le prince d’un matin.


À la manière de L’Albatros de Baudelaire.