Accueil Les oulipiens de l’année La Peinture à Dora
Mon collier pour Dora

Page précédente Page suivante

Oh trouble oh morne soir. Sombre notre moral.
Nos songes sont plombés, nos déceptions totales
Ou nos routes obscures. Alors notre recours :
Notre imagination ! Trouvons nos bons parcours,
Incitons nos neurones, mémoires ou souvenirs,
Toutes nos divagations sauront nous convenir.

Pour nous couteaux ou brosses pour barbouiller nos toiles
Coulent comme secours, or, couleurs opales,
Indigo ou corail, zinzolin ou groseille
Accrochent pour notre goût violettes ou soleils.
Arrangeons nos bouquets où rouges ancolies
Nous remettront d’aplomb, symboles d’harmonie.

Chansons où nos amours séjournent pour longtemps,
Mélodies ondulant sous nos noirs contretemps.
Touches noires ou ivoire, nos pianos découvrent
Nos émouvants accords où tous nos doigts s’entrouvrent.
Do sol do sol sol do nos solennels credo
Modèrent nos souffrances sol do decrescendo.

Pour nous mots savoureux pour dénouer nos cœurs,
Poèmes oniriques, jolis romans trompeurs,
Sonnets, contes, acrostiches ou courtes broderies
Où bons mots vont jouer, émulation nourrie.
Nos œuvres souveraines, nos joies originales.
Tours ou pions, rois joueurs, nos folles diagonales.

Méthodes pour soigner nos découragements,
Créations illusoires, profitables, oh comment !
Pour l’imagination, nombreux sont nos modèles,
Son accomplissement tourne continuel.
Trahisons, mornes geôles ou sordides prisons,
Fiascos, déboires ou coups, nos caboches feront front.

François Lelionnais, Mon Collier pour Dora (édition échoppe)