Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Loin du ciel

Page précédente Page suivante

vois tu ce bord clair et froid
plus qu’un trou d’eau dans la glace
où les yeux n’ont plus ni foi
ni joie dans le tain en face
des sens car on meurt on court
l’un vers le tien à voix basse
de tes yeux gris un chant sourd
dans la mer le jour se casse
vois la mer où tout peut naître
le jour neuf que la nuit lasse
le vent la vie à la lettre
le bleu de tes yeux la brasse

— 

Tous les mots sont monosyllabiques, y compris les rimes féminines - puisque leur E final s’élide automatiquement.