Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Le Nouveau Testament selon Gaspard

Page précédente Page suivante

L’âne fuit, vexé : quand nous avons amené le bœuf, Marie n’a plus eu d’yeux que pour lui. Quand il y a le bœuf, il n’y a plus que lui qui compte. D’un regard de ses gros yeux, il a endormi le Petit. Seul Joseph, après un regard dubitatif sur l’animal cornu, a pensé à dire merci pour la myrrhe et l’encens.
Ce soir, regardez, le ciel a chassé tous ses nuages pour nous ! Il a fixé au plafond ses punaises de cuivre, avec une lune élégante en arrondi d’ongle soigné. Le désert de Jordanie n’en est que plus frisquet, bien sûr, mais on respire, mais on s’aère, ça change de l’étable des faubourgs de Jérusalem ! C’est vrai qu’il manque la Mer Rouge (on aurait pu longer la côte), mais, le ciel n’est pas mal non plus comme image de l’infinitude. On ne s’attendait pas à suivre cette étoile aussi vite, ni peut-être aussi longtemps, ni jusqu’à La Mecque. Melchior, Balthazar, regardez-la, même quand on ne la verra plus, elle existera au-delà de la fin des temps, s’il faut en croire le plan divin de Celui dont on ne prononce pas le nom en vain.