Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Le borgnon

Page précédente Page suivante

Le borgnon… Quand tu allumeras la lampe, fini le borgnon dans la cambuse. Quand y a la lampe, y a plus que ça qui tienne. La lampe est une sacrée engeance. Ce soir, le copain a tout rapproprié dans la souillarde ! Il a mis les rogatons dans le coquemard, avec une jutasse chaude comme de la pisse d’âne ; ça emboconne, bien sûr, mais on boit des canons, on s’empiffre, sapré bon zou, c’est la vogue, et c’est pas la fête à bras ! C’est vrai, il manque la fillasse, mais le copain est pas mal comme citoyen qui suce pas que de la glace. On pensait pas baguenauder comme ça, droguer à la vogue si longtemps. Regarde-moi ça ce bredin, tu le vois, bon zou, eh ben, il va renvoyer la classe dans le cabioton, on le r’verra pas de sitôt dans la cambuse.

D’après le lexique de Georgette, qui vécut non loin de Lyon de 1913 à 2002.

BORGNON : lieu insuffisamment éclairé.
BREDIN : niais.
CABIOTON : cagibi.
COQUEMARD : bouilloire.
DROGUER : lambiner.
EMBOCONNER : puer.
FILLASSE : fille (sens affectueux).
SOUILLARDE : arrière-cuisine.
VOGUE : fête foraine.