Accueil L’oulipienne de l’année Cité récitée
La java en Annan

Page précédente Page suivante

En Annan, on
En Annan, on va
Sous le Roi « Sun »,
Sous le Roi « Sun », Râ.
Trois Jours de chameau,
Trois jours de sable
Suffocants
Pour Arriver
En vallée
D’Annan.

Dans les vents éternels, on met le pied à terre.
L’air, toujours agité, nous couvre de poussière.
La couleur rouille imprègne tous nos vêtements.
Le vent nous rend muets par son long sifflement.

En Annan, on
En Annan, on va
Sous le Roi « Sun »,
Sous le Roi « Sun », Râ.
Ça sent le désert,
Ça sent la mer…
C’est épuisant…
De séjourner
En vallée
D’Annan.

Dans le vieux Manuel de la Rose des Sables
On lit que si le vent, dans un jour mémorable,
S’arrêtait de souffler, les murs s’effondreraient,
Ne laissant aux enfant qu’un pays désolé.

En Annan, on
En Annan, on va
Sous le Roi « Sun »,
Sous le Roi « Sun », Râ.
La pluie de printemps
Annonce aux enfants
De dix ans
Qu’il faut tirer
Un galet
D’argent.

Sur la pierre est gravée sa vie, son avenir.
Son métier, sa compagne et enfants à nourrir.
Certains seront maudits, d’autres feront fortune.
Mais aucun ne proteste. Ils n’ont pas d’amertume.

En Annan, on
En Annan, on va
Sous le Roi « Sun »,
Sous le Roi « Sun », Râ.
Le guide sourit
Quand on lui dit :
"C’est étonnant !
La destinée
De galets
D’Annan."

Que le sort soit clément, ou qu’il soit monotone,
Sanglant, tumultueux, ici, nul ne s’étonne.
On peut subir le plus tragique des destins,
Si l’on se sait innocent
Des malheurs trouvés en chemin.
Si l’on se sait innocent
Des malheurs trouvés en …
Chemin.

D’après Claude Nougaro (Le jazz et la java) et Hervé Le Tellier (Annan, ou le destin de pierre).