Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
L’histoire est banale...

Page précédente Page suivante

L’histoire est banale
Et simple à narrer ;
La touche finale
Saura l’éclairer.

Traverser la rue
Ni vain ni tremblant ?
Aveugle, il s’y rue
Sans son bâton blanc.