Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Je regarde le café

Page précédente Page suivante

Je regarde le café paré de blanc éclatant
je rêve à l’Angleterre et sa clarté blafarde
me crève le regard me fend le crâne et je rampe
là vers elle restée présente dans mes pensées
pendant la débâcle vespérale mes lèvres sèches lampent
le chant grêle de ce verre dans ses regards charmants
des mers de chances restées en attente
elle s’en est allée sans semer de traces
le barman me regarde me demande et elle ce sera
elle ce ne sera pas le temps est passé
ses regards charmants sa chère face
dans la mer des chances échappées je nage

Bivocalisme en A et E, les lettres de l’absence.