Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Je jette l’œil et le bar est là

Page précédente Page suivante

je jette l’œil et le bar est là j’arrête l’œil distrait blasé
et le bar est là la salle allègre brille aérée dorée solaire
l’air était triste d’ale bistre et grise et d’ébriété béate et brette
j’abaisse l’œil à terre la tête lasse
ragaillardi je te regarde sage attablée tête et œil liés à toi
et toi regarde relie-toi allie-toi
le soleil s’est barré le soir est déjà là il s’étire il s’étale
blotti à tes doigts je te bois et gobe la bière
je regarde battre ta glotte et le ballet de ta gorge
et toi bel iris bois l’ale
la réalité sera les îles j’ai le droit
le gars aigri assis là-bas a dégagé le ladre
et le gargotier derrière le bar te toise égrillard il ergote
Ale ? Barbade ? Berger ? Bière ? Godet de soda ? Lait ? Tasse de liégeois ?
et je dis boire Elle le bel iris lilas
boire Elle le regard
boire Elle la belle tête et la joie
il se tait
et j’ai dit te boire et je te bois à tire-larigot
et le baiser est là réel
déleste-toi de la saleté délaisse le bar
j’oserai les Baléares
le delà de Gibraltar
j’irai à Troie je le dois
et toi, je te garderai et seras l’Île l’Oasis l’Eldorado
le désir abolira l’algèbre l’idéal sera réalité
je t’adore