Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Haïkaïs

Page précédente Page suivante
À la manière de Matsuo Bashô (1644-1694)
Contrainte formelle et modification spirituelle
 
C’est un soir de vent
De tonnerre, et de pluie
Céleste tempête
 
Captive du Livre
De ce grand Fujiyama
Bien calligraphié
 
Tonnerre subi *
Et la pluie qui n’a de fin
Est perle d’orage
 
Sabre de l’éclair
La foudre paraît frapper
Un vert crépuscule
 
Les frêles cloisons
Laissent alors s’insinuer
Minces fils de pluie
 
Poussés par la force
Du vent contre ce déluge
D’une pluie sacrée
 
Émoi des vivants
Tel le véhément tonnerre
Ébranle l’être
 
Tel ce souffle vénéré
Dissipant, peu s’en faut,
Le gong vespéral.

* Et non subit. L’auteur accueille ces manifestations de la Nature.