Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Arrive bientôt crépuscule...

Page précédente Page suivante

Arrive bientôt crépuscule d’éclairs (flagellant gravement hauts ifs), jetant kilolitres liquides, mêlant norois ou pampero. Quel raffut ! Saoule, Trina uniquement vise Wuthering. Xamaba, Yahweh, Zeus assènent beau coup détonnant, et flotte grognarde hurle inféodation : Jupiter ! Krach, lacis moins net ou plus. Qui rugit soudain ? Tonnerre ulcérant vernes, wodyetiae, xylolithes, yopos, zelkovae. Aux boiseries, cadre d’élégante fenêtre, gouttent hectolitres infiltrés, jets, kyrielles liquides mues nerveusement, opprimées par quelque rude sirocco tortionnaire, un vent : williwaw, Xaxapoya : yalca, zéphyr ; abrupt bélier contre des eaux fournies générant haine, incommodité, jurons : « Khroumir ! Lépidoptère ! » murmurés narquoisement, obstinément, par quelques racines, sinon types ulcérés, vitupérants Wallons, xylophonistes yankees, zigotos ayant bisqué contre des éclairs frappants, griffus, homologués « infantilisants » (jugement kilométrique lapidaire), maudissant notre ouragan puissant qui, relâché, soufflerait tout ululement vespéral.

William X, Yekaterina Zanta.

Acrostiche en 5 abécédaires, la première lettre des mots successifs étant A, B, C, (...), X, Y, Z / A, B, C, etc.