Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
Fondu vers le noir

Page précédente Page suivante

11.
Initialement, on avait une anecdote assez ordinaire, assurément.
Alors, une astuce était indispensable. On a adopté une exposition
inversée, antichronologique, opposée à un avancement ordonné. On a
ainsi échappé à une évidence excessive. Apparaît alors un éclairage
audacieux, inédit, un effet inconnu en un objet où on admettait avoir
éliminé insolite et innovation.

Eduard Oberti

Fondu vers le noir

Je finis de traverser la rue puis je respire, soulagé. Mes derniers
pas furent les plus pénibles. Sur le moment, vers la moitié du
chemin, je crus que je ne le pourrais pas. Pourtant je me suis lancé
le pas décidé, me répétant les mots du poète : « Seul le coeur permet
de bien voir, le principal reste voilé pour le regard ». Maintenant
je me réjouis de cette traversée réalisée sans ma canne. Comme ça,
personne ne pourra dire que si les voitures me préservèrent, ce fut
pour ne pas renverser de non-voyant.

Pablo Martín Sánchez

Traduit du castillan par Jean-Marie Saint-Lu (secondé par Nicolas Graner)

Dans la première partie tous les mots commencent par une voyelle, dans la deuxième par une consonne. Cette contrainte peut être vue comme un dérivé du lipogramme, ce qui explique qu’elle soit classée dans ladite catégorie.