Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Et l’amour au bistrot

Page précédente Page suivante

Il luit assez brumeux, -pas neuf,- l’estaminet
Intense est la migraine, en ce jour, qui nous lie.
Tout seuls. Vers toi me porte un but : tes yeux violets.
Porte-nous conseil, soir qu’on aime à la folie

Alangui, tout ballot, coincé dans tes filets
Moi, la peau de ma lippe est amère et pâlie.
Bonheur d’être flirtant, amateurs un peu niais.
Dans ton œil où la vamp a la môme s’allie.

Saint-Amour ou Pétrus ? Pécharmant ou Corton ?
D’un ton farouche et fort adressé à ma Reine
L’employé de gargote en nage se renseigne.

Y a des fois des buveurs qui laissent pas un rond
Maudissant ces vautours, son ire l’étouffait
Il soupire et se plaint d’être toujours refait.

Sonnet homophonique d’un célèbre poème de Gérard de Nerval.