Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Éros la nuit

Page précédente Page suivante

– La nuit... Si nous attisions un âtre, nous ne saurions retenir la nuit. Si un âtre luit, rien sinon ne nous attire : seul l’âtre est là. Son auréole est saisissante. Au soir as-tu lu la nue, nette à notre intention ? L’air s’est ainsi lustré, astres en or à satiété et une lune altière tel un anneau rutilant. On se sent transi ? soit… au reste on s’aère et on se sature les narines. Salut l’atelier, à nous les loisirs sous la tente ! Oui, Outreau et Stella sont loin, alors intéressons-nous au lieu interstellaire, lui aussi illustre l’éternité. L’usine en rétention et la retraite sans transition, on s’en étonne, et nul ne sait si elle renaîtra. Arrête-toi un instant sur l’étoile là : on en a tous noté l’orientation ; or, selon les astronautes elle se serait éteinte...

D’après Corse la nuit de Nicolas Graner.
Lipogramme en B, C, D, F, G, H, J, K, M, P, Q, V, W, X, Y, Z.
Autrement dit, restriction aux 10 lettres les plus fréquentes ESARTINULO.
Noter que le titre EROS LA NUIT est anagramme de ESARTINULO.