Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
L’ami

Page précédente Page suivante

L’ami... Quand nous aurons assumé l’adieu, nous ne pourrons plus revoir l’ami. Quand on s’est dit adieu, il n’y a plus que cet adieu qui compte. L’adieu est sans rétroviseur. Trop tard... regardez ! le fiel a tissé tant de clivages. Pour nous, il a repoussé le pardon, créé le malaise de vivre. Avec une rancune arrogante on approfondit les ombres, indignés. En fait, c’est plus compliqué bien sûr, et méme ça empire : la raison s’altère. C’est la méfiance plombant l’ambiance ! C’est frais... En manque, l’âme erre ! Et le fiel s’est pas mal complu comme mage d’infimes certitudes. Mais, bon, Satan est là ! Que ça empire, il s’en balance... Nos stupides, un peu traîtres, chipotant vont goguenarder :
« C’était toi le gars étroit... tu le vois ? » et, partant :
« On te dit sexiste en plus, s’il faut en croire les mémères. »
« Oui ?... mes fesses ! Des mamelues sectaires ! »