Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Dix mots pour la nuit, dix mots pour un feu

Page précédente Page suivante

Si allumer le feu, c’est ambiancer la nuit,
Enlivrez-vous de tracts, enlivrez-vous de Marx,
Charivari, tohu-bohu, faisons du bruit,
Les nuées en Zig-zag ont dévié de leur axe.

À tire-larigot, clous d’or sur ciel qui luit,
La lune à décrocher, porcelaine de Saxe,
Hurluberlus timbrés - ouf ! - le froid se réduit,
Feu de camp de vacance où chacun se relaxe.

Mais laissés sur le sable, lassés de fariboles,
À défaut de la mer, le ciel se fait obole ,
Car le feu, compagnons, est un hypnotiseur.

Si allumer le feu, c’est déchirer le voile,
En allumant le feu, chauffons dans la noirceur,
Nous allumons le feu, créateurs d’une étoile.