Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Contrepets

Page précédente Page suivante

Vois, sens ! Ceux d’airain, de plomb (nuit), et de terre. Plomb ? danger :
elle tue à l’équerre deux velus d’Orléans, bandits nés décents.
Coussin de bonne terre crue, et là plante (six ? huit ?) -perce dans
l’orange (huit pages)- dix évêques nus à l’air fou (des quêtes ?)
et un ténor qui fouette, disons, les raies des frontons (loi : grandissez
dur !). Car être deux à Dreux, ça pleut (fun !) ; cintre des films, deux
pinces (il fuit) ; pour passer, liez les bouts des queues ! Quand le veut
Arsène, qu’on tue l’abandon de douces nuits pleines ! (eux comme verbe
 : ni nœud ni œufs). Notaire, que le plat pue ! Fous qui votez : enfin,
c’est comment, envahir ? Vous qui regoûtez du café, ce long espoir.

Marie Zatiou, Teinte si crâne