Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Chanson d’orage

Page précédente Page suivante
Parlez-moi de la pluie et non pas du beau temps
Le beau temps me dégoute et m’fait grincer les dents
Le bel azur me met en rage
Car le plus grand amour qui m’fut donné sur terr’
Je l’dois au mauvais temps, je l’dois à Jupiter
Il me tomba d’un ciel d’orage
 
Par un soir de novembre, à cheval sur les toits
Un vrai tonnerr’ de Brest, avec des cris d’putois
Allumait ses feux d’artifice
Quittant son canapé où elle lisait Brontë
Ma voisine Cathy jusqu’à moi est montée
En réclamant mes bons offices
 
" Les Hauts de Hurlevent c’est pas une lecture
Par un soir orageux, seule sous sa couverture
C’est sûr, je suis vraiment trop bonne
Contraint’de lire Brontë un jour de mauvais temps
Pour la bonne raison que j’aide l’assistant
D’un prof d’anglais à la Sorbonne"
 
Car celui-ci doit faire un cours le lendemain
Et elle voudrait que j’ l’aide à étudier l’bouquin
Je n’ai vraiment pas mieux à faire
Un ancien enseignant tout seul à la maison
Ne peut pas résister à faire une leçon
De littérature étrangère
 
Quand Jupiter alla se faire entendre ailleurs
La belle, ayant à fond exploité mon labeur
Sous son bras, mon cours sur l’ouvrage
Retourna à la fac vers l’assistant aigri
En m’donnant rendez-vous les jours d’intempérie
Rendez-vous au prochain orage
 
À partir de ce jour, j’ai potassé Brontë
J’en connais un rayon sur sa précocité
J’ai arpenté la lande nue
De son père l’Irlandais, tous les sermons j’ai lus
Des écoles anglicanes j’connais tous les abus
Mais Cathy n’est pas revenue
 
La Sorbonne ayant vu baisser tous ses crédits
Avait dû réduire les heures de cours du lundi,
Virer beaucoup de vacataires.
Cathy était r’partie vers les cieux toujours gris
Du pays des Brontë qui connait bien la pluie
Elle est r’tournée en Angleterre

D’après L’orage de Brassens.