Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Je me souviens des soirs de vent

Page précédente Page suivante

Je me souviens des soirs de vent, de tonnerre et de pluie.

Je me souviens de la version bande dessinée des « Hauts de Hurlevent ».

Je me souviens que je ne savais jamais si l’éclair, le gâteau, est masculin ou féminin.

Je me souviens des gris du soir dans certains tableaux d’Impressionnistes.

Je me souviens des minces fils de pluie poussée par le vent qui s’infiltraient par le cadre de ma fenêtre les soirs de grand orage.

Je me souviens de l’expression « coups de bélier » pour parler des renforcements brusques du vent.

Je me souviens de l’herbe tendre évoquée par Michel Simon et Gainsbourg dans une chanson, dans le film « Le Vieil Homme et l’Enfant » de Claude Berri.

Je me souviens qu’enfant je sursautais quand claquaient les coups de tonnerre.

Je me souviens du gong du soir.

Je me souviens du livre d’Harry Mathews « Sainte Catherine » paru chez P.O.L en 2000.