Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
C’est vêpres de vent...

Page précédente Page suivante

C’est vêpres de vent, les éléments déferlent. Elle n’émerge des « Tertres de Tempêtes », bédé d’E. Bell. Revêche déversement, hé ! l’effet détrempé persévère, se segmente entre jets zébrés et ténèbres blêmes ; le frêne tremble, blessé de grêle... terne temps sélène ! De frêles rets pénètrent les berges des fenêtres : espèce de tête de chèvre, l’excédent de vent perce, délesté d’êtres et d’herbes ; de même, cette tempête te lève et t’éjecte, léger tel le bébé... Cernée de vents en ce recel, de « bell » E. Bell n’entend-elle celle des vêpres ?

Hervé Mertens, « Ste Clémence » (P.E.L. 2000).