Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
C’est une nuit de bise, de foudre et de crachin

Page précédente Page suivante

C’est une nuit de bise, de foudre et de crachin. Il est plongé dans
l’examen de Jane Eyre en texte illustré. Une brusque explosion de
foudre et le crachin persistant se change en déluge de pluie, avec des
décharges nettes ou diffuses, et une tempête qui dirait-on fouette les
branchages dans la grisaille vespérale. Par l’encadrement de son
oeil-de-boeuf s’infiltrent des minces trainées de crachin poussé par
les frappes répétées que la bise assène contre le redoublement soudain
d’un crachin que ne veut ni bête ni champ, pas plus que la foudre qui
vous fait sauter comme une fillette, ou cette bise qui arrive presque
à étouffer la clameur de la nuit.

Mary Hathews, « Saint Quatrain » (P.O.L. 2000).

Transgenre : les mots masculins sont devenus féminins et vice versa