Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Buvards futurs

Page précédente Page suivante

Les litotes que je n’ai pas éclipsées, n’allez surtout pas croire, lâcheurs, qu’elles soient pur sillon. Bien au contraire, que cela soit une bonne fois pour toutes distribué, elles sont comme en surexposition en une lettre universelle. Elles existent dans les bars, par mélange, par gros mélange, par phylactères inconsistants dans certains cas. Mais il y a autour d’elles tant de vilaines ratures, elles sont prises dans une telle surimpression de matière imbibée, que moi-même, malgré toutes mes éponges, je n’ai pas encore réussi à les imprimer. Le monde en fait me permet rapidement de plonger, ce qui fait de moi, tortionnaire, une longue trappe à la recherche tendue de tous ces minces fragments invisibles : désormais mes buvards torturés.

Mireille Blasphème, Pourquoi je n’ai imprimé aucune de mes litotes.