Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Chocolat futur

Page précédente Page suivante

Le chocolat que je n’ai pas mangé, n’allez surtout pas croire, industriel, qu’il soit carré, mousse ou éclair, qu’il n’ira pas se déposer sur mes hanches décharnées. Bien au contraire (que cela une bonne fois soit dit), il est comme en suspension dans le registre des plaisirs universels. Il existe partout, par petites touches discrètes et sensuelles, par fontaines dégoulinantes, par exposition sur des corps frêles et dénudés, jusque dans les crèmes anti-rides des vieilles dames. Mais il n’est pas sans effets sur le moral. À vrai dire, malgré tous mes efforts, je n’ai moi-même pas encore réussi à m’en passer. Le monde en fait me paraît rempli de mauvaises tablettes, ce qui fait de ma recherche du chocolat parfait une longue traque, un parcours du combattant pour retrouver le goût du plaisir défendu...