Accueil Les oulipiens de l’année La Peinture à Dora
Voici Dora

Page précédente Page suivante

Voici Dora.

Voici le camp de Dora.

Voici la place centrale du camp de Dora.

Voici l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le portrait qui est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici les lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici les débris de la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la tentative de récupération des débris de la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le garde qui met fin à la tentative de récupération des débris de la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le revolver du garde qui met fin à la tentative de récupération des débris de la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici le coup de revolver du garde qui met fin à la tentative de récupération des débris de la toile déliquescente laissée par la désintégration de la transparence nacrée de la fossette à la commissure des lèvres de la jeune fille dont le portrait est le chef-d’œuvre du peintre qui a réalisé le tableau qui surgit dans la mémoire intacte malgré l’épuisement du détenu debout pendant les heures interminables de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.

Voici la fin de l’appel sur la place centrale du camp de Dora.