Accueil L’oulipienne de l’année Retour de Babel
Un mot sur deux

Page précédente Page suivante

Passer la frontière c’est toujours une chose poignante, un moment émouvant : la limite obscure, matérialisée comme une part de tarte (...) suffit en tout cas, et le paysage aussi : c’est le bon air, c’ est la même chanson, mais la route c’ est plus tout à fait la même, la cyrillique graphie les panneaux rouges, ça change, les boulangeries abkhazes se ressemblent comme tout ce qu’on fait dans ce pays abscons, nous touristes, un pied en avant, arrogants, les yeux n’ont plus le même éclat que dans nos polaroïds (…)