Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Suroît, tempête et grêle

Page précédente Page suivante

C’est un après-dîner de suroît, de tempête et de grêle. Dans l’âtre brûle une bûche. Trêve. Gîte sûr. Elle s’abîme dans du drôle de théâtre, le suprême sûtrâ d’un maître en mahâyâna. Le nirvâna ! Une lâche bâfre de tempête et la grêle opiniâtre qui renaît sans arrêt, incontrôlée, âpre et déchaînée, qui emmêle crûment la voûte des forêts empêtrées et défraîchies par un après-dîner de pâle disgrâce. Des traînées revêtent de tâches le châssis de sa fenêtre. La grêle est entraînée par la tempête têtue qui s’accroît en quête de fâcheux fêtards plutôt dégoûtés ou d’un pâturage mûr, qui vous châtie comme un môme, et qui bâillonne dans un râle le fût sous la voûte du cloître.