Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Suite alexandrine et homérique

Page précédente Page suivante
C’était un soir de vent, de tonnerre et de pluie,
Liliane est au lycée ; elle est plongée, mais oui,
Vous l’avez deviné, dans l’Odyssée d’Homère.
Soudain par la fenêtre éclate le tonnerre
Qui l’émeut, la saisit, l’étreint et l’estomaque
Comme l’humeur de Zeus surprenant Télémaque.
Elle en pleure, en gémit et mouille de ses larmes
La page qu’elle lit. Dehors, le vent désarme
Les arbres forestiers, couvrant de sa rumeur
Les aboiements des chiens qui sont pris de fureur,
Devinant que les cieux veulent les inspirer
Tout comme fit d’Ulysse un bon chien qu’il avait,
Qui en fait était chienne et s’appelait Argose,
Bien avant que s’éveille Aurore aux doits de rose.