Accueil Les oulipiens de l’année Retour de Babel
Sonnet

Page précédente Page suivante

Il est certes troublé qui passe une frontière
Quand il croit voir soudain de bois une barrière.
Ce songe tout aussitôt suffit pour tout changer,
Et jusqu’à la nature tout est bouleversé.

Pourtant sont demeurés les mêmes air et terre,
Mais la route soudain révèle son mystère,
Et ce qui est gravé sur les tableaux routiers
Tout à coup lui paraît bien métamorphosé.

Ce que nous appelions naguère boulangeries
Ne semble plus alors mêmes boulangeries,
Et dans cette vision qui change toute norme,

Les pains, donc, maintenant, n’ont plus la même forme.
Voilà du grand Perec le bel itinéraire
Que l’auteur de ces vers n’aurait pas pu vous taire.