Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Saint Quentine

Page précédente Page suivante

Exprès, convient Cassandre, certes le la soudain sonne ! Sa lecture lui en évoque l’état de pluie, tonnerre et vent où est ce douloureux soir. Du gond noyé s’insinue le terrifiant déluge. Ces contrecoups orageux encore plus qu’avec malaise dans la grisaille pressent Catherine et les feuillages aussi.
Aussi exprès feuillages convient les Cassandre, et certes Catherine le pressent : la grisaille soudain la sonne dans sa malaise lecture avec lui, qu’en plus évoque encore l’orageux état, contrecoup de ces pluie, déluge, tonnerre terrifiant. Et le vent insinue où s’est noyé ce gong douloureux du soir.

La deuxième moitié de ce texte est constituée des mêmes mots que la première (à quelques rares distorsions orthographiques près) mélangés selon la permutation de la 50-ine. En numérorant les premiers mots de 1 à 50, ceux de la fin sont donc dans l’ordre 50, 1, 49, 2, 48, 3, ..., 27, 24, 26, 25.