Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Pour un monde de promesses

Page précédente Page suivante

Les promesses que je n’ai pas tenues, n’allez surtout pas croire, chers électeurs, qu’elles soient pur néant. Bien au contraire, quand je dis le changement c’est maintenant, le maintenant change aussi. Il vit et nous vivons en lui, ou plutôt en eux, car il y a beaucoup de maintenant potentiels de changement ou de changements potentiels en suspension dans notre monde. Mais il y a autour d’eux tant de vain remplissage, ils sont pris dans une telle surabondance de sous événements que moi-même à vrai dire, malgré mon immense perspicacité, n’ai pas encore réussi à les isoler, à les assembler pour les fédérer en un grand maintenant. Le monde en fait me parait rempli de trivialités, de leurres, de postures bling-bling, d’intérêts mesquins, ce qui fait de mon travail une longue traque, la recherche têtue de tous ces menus barrages à ma volonté d’édifier le monde du bonheur futur. Mais dès maintenant gardons bien en mémoire qu’on jouit moins de ce qu’on obtient que de ce qu’on espère, que le pays des promesses est en ce monde le seul digne d’être habité, et qu’il n’y a rien de beau que ce qui n’est pas.

Jean-Jacques Brousseau, Les nouvelles promises.