Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Pot au noir

Page précédente Page suivante

Mauvais jour ! Maudit soir ! Sous l’ouragan, l’azur avait disparu dans un flot abondant, ça soufflait, ça tonnait, ça crachait. Dans son chaud blouson blanc, Katia oubliait tout, tant Cris au paradis – son album nanti d’illustrations, l’absorbait. Survint la sommation d’un coup plus brutal, aussitôt l’obscur crachin tourna au typhon, typhon fulgurant, clair ou diffus, qui maltraitait, frappait, battait, troncs ou frondaisons dans l’accablant gris du soir. Cognant fort l’ouragan poussait ainsi qu’un boutoir la profusion du flot qui franchit à la fin l’impuissant contour du vasistas, fil à fil, par ramifications. La profusion du flot qui faisait son show irritait à fond, humains, animaux, bois, champs, tandis qu’un coup plus fort - oh, pas du violon, pas du piano, du gong ! faisait par surcroît bondir à l’instar d’un gamin abasourdi.

Harry Mathias, « Katia au chaud » (P.O.L. 2020)

Lipogramme en E.