Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Okapi matinal

Page précédente Page suivante
Un alizé sème sa légèreté matinale. Délice du café roboratif.
Ecaterina, morose, finit une bédé. Pas Obélix et Idéfix. Un opus acide
tiré d’une saga.
Fini l’épisode de l’orage. Le déluge n’a pas évité la forêt. En une
minute. Le panorama défiguré, ravagé, révèle la menace de Dame Nature.
La pâture, saleté du site, méli-mélo, tohu-bohu, mélèze décapité,
mur abimé, maculé, volet...
Un orage de cet acabit, isolé ! Rare, se dit Ecaterina, pâle.
La minute de lucidité va venir, ici, tel un utile remède. La vivacité,
petit à petit...
Une note, vade-mecum :
-à réparer, une félure.
-le volet à retaper.
-une sévère visite vise la pâture.
-baliser une zone du site (ruban).
-édifice, cabane : sécuriser o.k.
"Et un azur inégalé, dit Ecaterina ! ça va !"
 
"La solitude d’Ecaterina", Hary Matiwuse, P.O.L.