Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Nuits par le menu

Page précédente Page suivante

Nuits par le menu (gibier, porc : joue et palette).

– À Nuits-Saint-Georges... Quand on nous aura allumé le feu, nous ne pourrons plus que faire envie. Quand il y a le feu, il n’y a plus que le feu qui compte. Le feu et un robot-mixeur. Ce soir, regardez, le chef a chassé (tueur à gages ?) pour nous ! Il a fixé au plafond ses casseroles de cuivre. Avec une écume élégante de marrons - dis donc, c’est soigné ! Il n’en fait que pour les friqués, bien sûr, mais on a vu pire, mais on tempère, c’est les vacances et le temps des vacances ! C’est vrai qu’il manque les fruits de mer, mais le civet n’est pas mal non plus comme image de la béatitude. On ne s’attendait pas à se nourrir en vacances aussi bien, et peut-être à prix coûtant. Regardez cette étoile, je la vois, tu la vois, et pourtant elle est méritée, s’il faut en croire les critères de finesse de La Reynière.