Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
Motif

Page précédente Page suivante

Motif

Trop commun ton truc pour un docu-fiction !

Hum... Tu vois quoi, toi, pour mon film ?

Risquons un coup, osons un miroir, tords ton script. Primo : fin du truc, soit Z. Puis, ni confusion, ni imbroglio, montrons : Y, X, W, V, U ...

Tu crois ?

Positif ! Distorsion, folichon ! Tout surpris, tous souriront, tous diront « Oh, joli ! ».

Nord-sud

Il finit son dur, son long circuit. Il joint son but, son horizon : un trottoir. Gros soupir : Ouf ! Fini, confusion du rond-point, fini, tohu-bohu du couloir qui bruit d’un fourgon, d’un poids lourd. Ouf ! Ni choc, ni collision.

Bon port, confort, opportun pour son corps qu’il crut rompu, pour soi qu’il crut mort.

Fort du dicton : « Nul croquis pour vos oculi, croquis profond pour vos poumons. » il courut. Courut-il muni d’un jonc ? Noir, brun, gris, or ? Non, non, ni jonc, ni stick, ni coloris.

Un bol inouï, un pur « pot d’cocu ».


In memoriam Didier Bergeret