Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Mek-Astagnettes chez les balances

Page précédente Page suivante

– Bella sera (sérénade)... Le tas de palettes embrasée, la flamme écarte les ténèbres. La flamme a gagné et exerce ses charmes. Regardez, cette vêprée, le vent a lavé la sphère céleste. L’espace est parsemé de cent et cent semences de métal, encerclant Séléné, très élégante telle la déesse Astarté. Certes, le temps est glaçant (ça gèle !), cependant cela reste sans effet car les gens s’aèrent et se sentent régénérés. C’est les vacances et le camp de vacances. Certes (je me répète) la mer n’est pas là (près d’Arras, elle est absente) ; malgré cela l’éther enténébré est également bel emblème de l’espace-temps sans termes et sans entraves. Déjà les vacances ? Déjà les grandes vacances ? Merde, ça c’est épatant ! Regardez cet astre, là-bas, extrêmement apercevable, admettez-le, et cependant cet astre est déjà trépassé. C’est l’effet de la prestesse de ses éclats apparents (d’après les savants).

Jack Jawet, Mek-Astagnettes chez les balances