Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Les brèves de l’archéologie

Page précédente Page suivante

Les brèves de l’archéologie (janvier 2014) -

Les fouilles réalisées en 2006, à Tamnà, l’ancienne capitale du royaume de Qatabân, par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et doctorants français et yéménites avaient permis de recueillir un grand nombre (plus de 800) d’inscriptions sur pierre, ou, plus rarement sur bronze. Le travail de déchiffrement mené en partenariat avec le CEFAS et l’Organisation générale des Antiquités et Musées (Sanaa) commence à porter ses fruits , les chercheurs ont pu reconnaître des mots, des groupes de mots, voire des phrases entières. Toutefois il n’a pas encore été possible de les assembler et il est encore trop tôt pour se prononcer sur la nature de la plupart de ces textes. Une inscription mérite une mention spéciale en raison de son caractère plus littéraire : c’est un hymne de 27 vers se terminant tous par la rime -hk, découvert par le Yéménite Yusuf Άbd Allãh à Qãniya dans un sanctuaire rupestre dédié à la déesse solaire. Ce texte, qui date du I° siècle de l’ère chrétienne, semble être le plus ancien poème monorime de la littérature universelle.