Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Lejaby

Page précédente Page suivante

Quand nous aurons rallumé Florange et Gandrange, nous irons voir les Lejaby... Quand il y a le coup de feu, il n’y a plus que le coup de feu qui compte. L’action nous hypnotise. Ce grand soir, la fumée des hauts fourneaux va remplir le ciel de nuages, cachant les punaises de cuivre des étoiles et l’arrondi de la lune. Il ne fera plus frisquet et on respirera. Puis on s’aérera, on partira vers la mer comme pour des vacances, depuis les Docks de Dunkerque jusqu’à la SNCM de Marseille, en pensant à l’infinitude des cimetières sous la lune remplis de combats perdus, Testut, Talbot, Lip, Conti, Aulnay, Cléon, Billancourt, Saviem, Rhodiaceta, Sanofi, Arcelor, Vilvorde, Air-Liberté... L’air, la liberté ? Ils ne s’attendaient pas à partir chômeurs aussi vite, et peut-être aussi longtemps. Regardez cette usine, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’existe déjà plus, s’il faut en croire le Journal de l’Économie.