Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
La nuit girondine

Page précédente Page suivante

L’étoile s’enfuit, le feu seul est en joie,
La terre enfouie, le feu étreint la nuit.
Mal perchée, la lune est aux abois.
Le feu mange et l’air et la nuit.
Tout le ciel est nu et froid,
Ici bas on s’ennuie
Là-haut je la vois,
l’étoile enfuie.
Tu la vois ?
partie,
là.

Liberté prosodique : ici l’alternance des rimes féminines et masculines n’est pas systématique. Ce girondeau résolument moderne innove au regard de la forme classique.