Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
La canaille

Page précédente Page suivante
Le granit est duraille. Une muraille, un rempart d’émail.
Pas la moindre entaille pour l’entamer.
Pas la moindre faille pour le fendre.
Il bombe le torse.
Et la voie s’appelle Le Poitrail.
 
Pas question qu’on bataille, qu’on l’assaille.
Pas de draille, pas de rail, et il ne tolère aucun attirail. Remballez votre quincaille.
Reste un moyen, un seul. Un tout petit détail.
 
Vous prenez un affichail.
Un simple un petit bout de feraille, aiguisé, crochu.
Une courtaille.
Vous le posez sur l’écaille qui saille.
D’un tout petit millimètre.
Il prend le caillou en tenaille.
À l’extrémité de l’affichail vous suspendez votre trémail.
Aïe, aïe, aïe.
 
Vous vous accrochez à la première maille.
Vaille que vaille, vous entamez votre passacaille.
Pas de pagaille. Un geste brusque et le bout de fer déraille.
Vous chargez le trémail.
Plus vous chargez, plus la rocaille s’entrebaille et plus s’enfonce l’affichail.
Vous vous élevez sur de la limaille, c’est pas l’heure qu’on pinaille.
L’air tressaille.

COURTAILLE :
s. f. - Épingle manquée (Littré).

AFFICHAIL :
s.m. - Espèce d’agrafe.