Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
La Passion de Bourges

Page précédente Page suivante

Ici s’exprime un célèbre classique, au début de l’une de ses tragédies, La Passion de Bourges, jusqu’ici tenue secrète à cause de la censure. Cet extrait de la scène d’exposition est un fragment du dialogue qui s’instaure entre le héros et son confesseur, frère Robert ; il se déroule dans le cloître du couvent des Augustins, à Hellemmes.

ROBERT
Mais que contemples-tu, l’œil si superbe et fier ?

LE MOINE
Je regarde les cieux, les lumineux éclairs
Dans la brume urbaine dont la glauque clarté
Nous aveugle, hagards, et nous fait serpenter
L’un vers l’autre, au fond du regard et de l’âme.
Tandis que le jour cesse, nos lèvres si ardentes
S’amusent et se repaissent, précieux dictame,
Océan d’espérance ô combien accueillante !

ROBERT
Mais lui, il s’est enfui tel un tyran cupide,
Et l’hôte à l’œil de marbre, s’enquiert de nos besoins :
Quels sont ici vos vœux ? – Ma réponse est rapide :
Qu’un souhait éphémère soit l’objet de tes soins :
L’azur de ton regard, l’éclat de ton visage
Dans l’océan de songes, de charmes où je m’engage.