Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
L’ouest

Page précédente Page suivante

Je regarde l’Ouest lumineux et clair, loin de la traque quotidienne. Ô sanglante cohorte qui crève les yeux, qui fissure les esprits. On rampe, levant vers d’autres destins nos yeux et nos esprits maintenant que l’amour est brisé. De nos lèvres sèches s’échappent des gémissements de soif. Devant mes yeux scintille la mer : l’espoir est là, devant nous.
D’autre sont partis. Ils ont laissé tout leur argent. Puis le passeur m’a fixé. Il m’a dit : alors toi, tu donnes quoi ?
Maintenant, je peux juste donner le bleu de mes yeux... mon regard... mon visage à cette mer où tout était possible, et dans laquelle je m’engloutis.