Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
L’Inuit

Page précédente Page suivante

L’Inuit... Quand nous aurons exhumé le dieu, nous ne pourrons plus émouvoir l’Inuit. Quand il lia le dieu, il ne nia plus que le dieu est quelconque. Le dieu est un aseptiseur. L’espoir n’est pas essentiel, il en a assez de tousser nu, en nage. Fourre-tout, il a filé au bas-fonds ces Portugaises ivres avec une Élue navigante et narre : « On dit l’oncle saoûl et niais ! » Il défèque plus, frit ce que hait bien. Assure mes Aurès... puis remet le son. Sa R7 leva le camp ! C’est le clandé vacant. C’est un vrai kilim ! En quelle matière ? Mélée si c’est pâle. Manon plut au commun mage de la fine étude. Oh ! mais ça tendait pas à pas, tyran. Va, quand souci éviter peut ! Être aussi long, tendre gradé, c’était toi, le... ? Je lave l’oie, tu laves l’oie et pour Tang elle s’exhibe... plus s’il faut ! En croix... que laissa faire Denise ? Est-ce de l’alu ? Misère !

Hodja Kej-Oued, Mais qu’ouïs-je chez l’épaisse pute.