Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
L’Anquetil

Page précédente Page suivante

– Ça fuit... Quand nous aurons abîmé le pneu, nous ne pourrons plus avoir d’appui. Quand il y a le pneu qui fuit, il n’y a plus que le pneu qu’on pompe. Le pneu est un amortisseur. Ce soir, regardez, là c’est la chaussée (tous ces virages pour nous !) – un imbécile l’a jonchée, ô bouffon ! de punaises de cuivre. Avec des lunettes et les gants en chevreau, des ongles aux poignets, on n’en fait plus que casqué, bien sûr, sinon c’est pire, sinon, ma mère ! c’est l’ambulance et Europe-Assistance ! C’est vrai qu’il calme les nerfs, et le cycle n’est pas mal non plus contre les dommages de la platitude. On ne s’attendait pas à partir dans le décor aussi vite, et peut-être en y plongeant. Prends garde, trente-six étoiles ! Je louvoie, tu louvoies, et – patatras – tu n’es plus sur la piste, ça t’apprendra à faire de la vitesse sans lumière.

Maître Jacques (en queue, jouait-il ?), Mes trouilles à deux roues.