Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Kyrielle littérale du soir de vent

Page précédente Page suivante

Jane Eyre est toujours si inépuisable, éternel leitmotiv…
Vent terrible et tonnerre. Elle entend, dehors, souffler rageusement. Tintin,
Nestor, Rastapopoulos, sont terrés sous son nocturne édredon, nid douillet
transfiguré, éclairé en négatif. Frondaisons sans sommeil, lourd déluge ennemi,
indésirable, étouffant tel long gong geignard des soirs.

Chaque mot commence par la dernière lettre du précédent.